Pourquoi avons-nous des crampes la nuit ?

La nuit est paisible, vous dormez profondément quand soudain, une vive sensation vous assaille au niveau du mollet et vous sort de votre douce torpeur. La crampe est bien là. Souvent intense, elle laisse le muscle sensible encore quelques minutes après votre réveil. Une crampe est une contraction musculaire involontaire et temporaire (1). Nous sommes nombreux à en avoir déjà ressenti. Elle arrive plutôt brutalement et se manifeste le plus souvent la nuit. Néanmoins elle peut aussi apparaître en pleine journée durant un exercice physique quand le muscle est déjà contracté, par exemple. Bien qu’elles soient de courte durée, elles sont désagréables. Que se passe-t-il lorsque que l’on a une crampe dans la nuit ? A quoi est-ce dû ? Quelles sont les solutions pour les faire passer ?

  Le saviez-vous ?

Les crampes au niveau des jambes sont fréquentes et augmentent significativement avec l’âge. Plus de 33% des personnes de plus de 50 ans se plaignent de crampes nocturnes. Dans 20% de ces cas, les crampes surviennent également au repos, durant la journée (2).

Qu’est ce qu’une crampe ?

Par définition, une crampe est une contraction continue involontaire et douloureuse, d’un muscle à un endroit localisé. Elle ne dure pas longtemps, seulement de quelques secondes à plusieurs minutes. Les responsables sont donc les contractions qui sont dues à une décharge répétitive nerveuse impliquant les fibres musculaires. Par conséquent, le muscle se révèle raide et lors de la palpation ce dernier présente un nœud dur et très sensible. Les jambes sont les membres les plus impactés (1). Dans 80% des cas la crampe a lieu dans le mollet (3). Moins connue, la crampe de l’écrivain, survient plutôt au niveau des mains après de longues périodes d’écriture.

Il existe deux types de crampes : les crampes dites essentielles (ou idiopathiques) sont les plus fréquentes. Ce sont celles qui sont provoquées par des causes qui nous sont encore mal connues. On y retrouve les crampes qui surviennent souvent la nuit et les crampes liées à l'exercice physique. L’autre type de crampes est catégorisé comme secondaire. Elles sont induites par certaines conditions (dans certaines circonstances : déshydratation, prise de médicaments, etc...) ou maladies (maladie rénale chronique, certaines maladies endocriniennes type hypothyroïdie, diabète, maladies neurologiques, etc...)(1).

Pour quelles raisons avons-nous des crampes nocturnes ?

Les crampes nocturnes sont pleines de mystères ! Leurs causes exactes chez les personnes en bonne santé, demeurent obscures. Néanmoins il existe différentes raisons pouvant les induire. Ce serait le cas d’un déficit en magnésium.

Il faut savoir qu’avec l’âge, les concentrations corporelles de ce minéral diminuent naturellement (4). Le magnésium est impliqué dans la contraction musculaire, à l’instar du calcium. Toutefois, d’autres études ont exposé une cause différente possible (5) : les crampes pourraient être causées par de la fatigue musculaire ou encore par des positions non adaptées provoquant des réactions nerveuses. En effet, certains scientifiques émettent l'hypothèse que notre mode de vie actuel ne permettrait plus l’étirement suffisant de nos tendons et des muscles des jambes (6). D'autres ont suggéré que la nuit, en position couchée, la position du pied pouvait entraîner un raccourcissement maximum des fibres musculaires du mollet, de sorte qu'une stimulation nerveuse non inhibée aboutirait à des crampes (7).

En outre, le raccourcissement de la longueur musculaire lié au vieillissement ainsi que la sédentarité sont des éléments prédisposant aux crampes. Ce qui explique la prédominance des crampes dans la population, passé un certain âge. La compréhension des causes des crampes nocturnes reste incomplète.

Néanmoins, en journée, certains facteurs comme le port de talons hauts, le maintien prolongé d’une position anormale ou de la position debout, ainsi que des sur- ou sous-sollicitations musculaires inhabituelles, pourraient provoquer la survenue de crampes des membres inférieurs (8) la nuit. En effet, la nuit le muscle ne va donc pas se relâcher totalement induisant l'apparition de crampes nocturnes.

Comment se soulager ?

Si les crampes nocturnes sont souvent intenses, elles peuvent aussi perturber la qualité du sommeil. La qualité de vie s’en retrouve alors affectée. Voici donc quelques conseils afin de retrouver un certain confort quotidien. Avant tout, en cas de crampes récurrentes, n’hésitez pas à en parler à un professionnel de santé. En effet, elles peuvent notamment être un des effets secondaires d’un traitement ou associées à une pathologie sous-jacente par exemple.

1 - Des gestes simples pour relaxer

Lorsque qu’une crampe survient, il est conseillé d’étirer le muscle. Cette première action aura pour effet premier de soulager la douleur. Si la crampe a lieu dans le mollet, mettez-vous en position assise, jambe tendue et relevez le pied. Si la douleur est dans le pied alors, dans ce cas, ramenez vos orteils vers la poitrine. Par la suite vous pouvez masser la zone endolorie. L’action du massage avec un gel peut se révéler efficace détendre la zone et protéger la peau. De plus, l’utilisation d’huiles essentielles vous apportera détente et relaxation.

2 - Des habitudes à prendre pour prévenir l’arrivée des crampes

Néanmoins, vous pouvez aussi agir en amont. Une bonne hydratation est importante. Il est recommandé de boire 1,5L d’eau par jour. L’apport de minéraux tel que le magnésium peut aussi s’avérer une bonne option. Ce dernier contribue au fonctionnement normal du système nerveux et de la fonction musculaire. Il participe également à l’équilibre électrolytique. Le magnésium se montre donc intéressant pour ces fonctions physiologiques. En outre, une activité physique est plus que recommandée. Cette dernière a de multiples bienfaits sur l’organisme dont la prévention des crampes la nuit. Il est important qu’elle soit suivi d’une bonne séance d’étirements des muscles. De manière générale, adopter une bonne hygiène de vie est un bon moyen limiter l’apparition de crampes nocturnes.

Références bibliographiques :

1. Dr Gavin Young. Leg cramps. BMJ Clin Evid. 2015; 2015: 1113.

2. Joannes Hallegraeff, Mathieu de Greef, Wim Krijnen and al. Criteria in diagnosing nocturnal leg cramps: a systematic review. BMC Fam Pract. 2017; 18: 29.

3. Bruno Bordoni; Kavin Sugumar; Matthew Varacallo. Muscle Cramps. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan.

4. Olney RK, Aminoff MJ. Weakness, myalgias, disorders of movement, and imbalance. In: Harrison TR, Braunwald E, et al., eds. Harrison's Principles of Internal Medicine. 15th ed. New York, NY: McGraw-Hill; 2001:120.

5. RICHARD E. ALLEN, and KARL A. KIRBY. Nocturnal Leg Cramps. Am Fam Physician. 2012 Aug 15;86(4):350-355.

6. Élodie Bigerel, Claire Bodot, Hubert Maisonneuve. Les crampes idiopathiques nocturnes des membres inférieurs des personnes de plus de 60 ans : prévention et thérapeutique ? MET 0501 July 8, 2015 Mise au point. mt 2015 ; 21 (3) : 196-201.